Blog   /   Des conseils pour un meilleur recrutement

Des conseils pour un meilleur recrutement

Le problème de recrutement des artisans n’est pas nouveau. On peut même dire qu’il s’est intensifié. Selon une enquête de conjoncture de l’Insee publiée en avril 2019, plus de la moitié des TPE (moins de 11 salariés) du secteur (hors activité de travaux publics) déclaraient avoir rencontré des difficultés de recrutement au cours du dernier trimestre 2019.

Cette tendance ne cesse de grimper depuis 4 ans. Pour autant, les artisans du bâtiment demeurent optimistes quant aux perspectives générales d’activité du secteur. Signe que le problème a de moins en moins trait à l’incertitude économique ou aux coûts liés à l’emploi. Il serait de plus en plus question d’un manque de main-d’œuvre compétente. Alors comment remédier à cette double équation ? Comment trouver les candidats, comment les recruter et leur donner envie de rester dans l’entreprise ? Et si la solution passait par la formation ?

Bien recruter en six étapes 

Oubliez ce que vous avez appris sur le recrutement et gardez en tête qu’un recrutement, ça se prépare. Voici les principales étapes à connaître, préconisées par le Lab’Ho, l’observatoire du travail du groupe Adecco.

Identifier ses besoins 

Pour cela, il faut prendre son temps et anticiper les périodes de « surchauffe » que connaît une entreprise (un départ en congé maternité, à la retraite ou un gros chantier à mener). « Prendre son temps et anticiper peuvent être perçus comme des « gros mots » mais au final, on gagne du temps ! » explique Anne-Sophie CASTEIGT, experte en recrutement.

Le conseil ++ :  Listez les tâches et missions que vous voulez confier au futur salarié ainsi que les savoir-faire, compétences techniques et savoir-être qui comptent dans votre entreprise.

Cibler les missions

Pensez à rédiger une fiche de poste. Cela permet au candidat de voir concrètement les missions qui lui seront confiées, l’environnement de travail que vous lui proposez et les aspects matériels et pratiques du poste (salaire, horaires, type de contrat, avantages en nature comme téléphone portable, utilisation du véhicule professionnel…). 

Le conseil ++ : N’hésitez pas à dire que votre entreprise est en plein développement ou d’annoncer sur quel chantier le candidat devra intervenir. Travailler sur un chantier en lien avec les Jeux Olympiques est valorisant !

Choisir son canal de recrutement

Il est judicieux de diffuser votre offre sur plusieurs canaux. Pensez aux réseaux professionnels et personnels y compris ceux de votre équipe. Les candidatures spontanées sont un bon moyen de se constituer un vivier de candidats. Sans oublier les acteurs publics du recrutement : Pôle Emploi, Mission Locale (cible jeune), Apec (cadres) Cap Emploi (personnes en situation de handicap) et enfin des acteurs privés comme les agence d’emplois. « Les employeurs peuvent aussi créer des partenariats avec tous ces acteurs et identifier un interlocuteur privilégié », ajoute Anne-Sophie CASTEIGT. On peut aussi citer les sites comme Le Bon Coin qui a le vent en poupe.

Les employeurs peuvent aussi créer des partenariats avec tous ces acteurs et identifier un interlocuteur privilégié

Le conseil ++ : Appuyez-vous sur les ressources du territoire. Poussez la porte des salons et forum de l’emploi, dans les écoles. Et si vous faisiez partie du jury des Centre de formations des apprentis pour rencontrer de potentiels candidats ? 

Evaluer et sélectionner des candidats 

Pour 80 % des employeurs, le recrutement passe par un CV et un entretien. « Une fois que vous recevez un CV, focalisez-vous sur les éléments essentiels. La forme ou « les passages à vide » ne sont pas si importants », conseille Anne-Sophie CASTEIGT.

Le conseil ++ :  Faites confiance, misez tout sur la rencontre avec les personnes à recruter.  

Recruter le candidat

Dans la mesure du possible, il faut prendre le temps de recevoir le candidat. « C’est un vrai moment de rencontre. Pensez aussi à inclure une mise en situation pendant cet entretien afin de mesurer les aptitudes et la motivation. »

Le conseil ++ : Après l’entretien, faites faire un tour de l’entreprise au candidat pour lui donner un aperçu de l’environnement dans lequel il/elle pourrait évoluer.  

Intégrer le salarié 

Ayez en tête qu’un salarié sur 2 rompt son CDI avant un an passé dans l’entreprise. Le recrutement ne s’arrête pas le jour où vous avez signé le contrat.  Le premier jour, prévoyez un temps d’accueil, désignez un interlocuteur dans l’entreprise pour répondre à ses questions.  Il faut aussi anticiper la fin de la période d’essai et faire un point pour savoir si tout va bien de part et d’autre.

Le conseil ++ : Donnez régulièrement des perspectives, au moins une fois par an.  

Prêts ? Alors passez à l’action ! 

Former pour recruter 

Et si vous ne trouvez pas la personne compétente, optez pour la formation. Alors, oui, cela demande u temps et de l’investissement mais les métiers du bâtiment et de l’artisanat doivent sérieusement se pencher sur le sujet. Pourquoi ? Tout simplement parce que miser sur la formation permet de s’assurer d’abord de la compétence de ses salariés, mais également d’assurer dans les années à venir, un plus grand nombre de candidats qualifiés sur le marché du travail. 

Voici des postes à explorer pour créer les compétences qu’il vous manque :

  • L’apprentissage : les acteurs du bâtiment et de l’artisanat connaissent la formation en alternance mais mal. Des formations préalables à l’embauche peuvent être proposées une fois que l’on a identifié un candidat. 37% des entreprises du bâtiment forment des apprentis.Pour plus d’informations :  www.alternance.emploi.gouv.fr
  • Le CDI-Intérimaire : ce contrat assure plus de sécurité dans l’emploi avec un employeur unique (agence d’intérim), un salaire garanti et tous les avantages du CDI.
  • L’insertion par l’activité économique :  cela permet aux des personnes les plus éloignées de l’emploi, en raison de difficultés sociales et professionnelles de bénéficier d’un accompagnement renforcé pour faciliter leur insertion professionnelle. 
  • Les formations préalables à l’embauche : elles sont financées par Pôle Emploi et permettent de combler l’écart entre les compétences que vous détenez et celles qu’il faut avoir pour décrocher le poste visé. Elles s’appliquent à toutes les personnes inscrites à Pôle Emploi.
  • Les pôles de compétences partagées : l’idée est de mettre en commun ses besoins en recrutement (au moins une cinquantaine). Des agences spécialisées mettent en place toute une ingénierie de formation et de recrutement, voire peuvent demander l’ouverture d’une formation spécifique pour les besoins demandés.

Chiffres clés 

  • 1 recrutement sur 2 est jugé difficile par l’employeur
  • 19 jours, soit le nombre de jours espérés entre l’annonce postée par les employeurs et le recrutement du candidat 

Se former à distance… même en temps de crise

Alors que l’accueil en formation a été suspendu pendant la crise sanitaire liée au Covid-19, des outils et ressources pédagogiques ont été mis en ligne par Pôle emploi pour les demandeurs d’emploi afin de les préparer à travailler dans 20 secteurs professionnels qui recrutent. Parmi eux : les métiers du bâtiment. D’ailleurs, une certification d’aptitude professionnelle électricien était proposée parmi les 150 formations listées. D’autres modules portaient plus sur les fondamentaux : la finance en entreprise, le contrôle de gestion, la gestion de la paie ou encore la gestion administrative. 

Les formations sont à la fois un appui pédagogique, ponctuées d’échanges réguliers avec les formateurs. Pour cela, les outils du numériques et des méthodes innovantes ont été proposées : vidéos, serious game, cours en ligne, classes inversées, mentorat et suivi individualisé avec le formateur. Des formations à retrouver sur la page « Trouver ma formation » sur pole-emploi.fr 


par admin

Publié le 9 mai 2020 —
Mis à jour le 11 mai 2020


TAGS :  Recrutement artisans

Partager 
l’article :
mi, Lorem Phasellus velit, risus. porta. Praesent diam facilisis odio