Blog   /   Rénovation énergétique : les travaux pour économiser de l'énergie

Rénovation énergétique : quels travaux pour faire des économies d’énergie ?

La rénovation thermique d'un logement permet aux ménages de réduire leur consommation d'énergie. De nombreux travaux peuvent être effectuées.

Les ménages voient leur facture énergétique augmenter d’année en année en raison du prix de l’énergie qui croît constamment. Il y a un autre phénomène qui justifie cette hausse de la consommation énergétique : les hivers sont de plus en plus rigoureux. Pour réaliser des économies durables d’énergie et par la même occasion réduire le montant de sa facture de chauffage, l’idéal pour un foyer c’est d’effectuer des travaux de rénovation énergétique.

L’investissement peut s’avérer conséquent en fonction de la nature des travaux. Heureusement, des aides publiques sont disponibles pour accompagner les foyers aux revenus modestes dans ce projet. Une fois que la question du financement est résolue, il reste encore à déterminer par quel bout prendre les travaux. Par où commencer ? Comment choisir les travaux à réaliser en premier ? Certains travaux permettent de réaliser d’importantes économies d’énergie.

Procéder à l’isolation thermique de l’habitation

On ne saurait conduire un projet de rénovation énergétique sans effectuer des travaux d’isolation. Le but d’une telle manœuvre, c’est de limiter les déperditions de chaleur en hiver et l’entrée d’air chaud en été. Une bonne isolation permet donc de maintenir un bon niveau de température à l’intérieur d’une habitation. Ainsi, le système de chauffage sera moins régulièrement sollicité. Cela contribuera à la réduction de la consommation d’énergie des ménages. Si elles gagnent effectivement à réaliser en priorité des travaux d’isolation, encore faudrait-il traiter les bonnes zones.

Entre l’isolation des combles (perdus ou aménagés), des murs et du sol, ce n’est pas toujours évident de choisir. Il faut savoir que selon le type d’isolation l’économie d’énergie sera plus ou moins importante. En optant pour la bonne solution d’isolation, les ménages sont ainsi assurés de réduire substantiellement leur facture de chauffage. Selon l’ADEME (Agence de l’environnement et de la maîtrise de l’énergie), l’isolation des combles est plus rentable, car elle permet une réduction de 10 à 20 % sur la facture de chauffage. En effet, la toiture est responsable de 25 à 30 % des pertes énergétiques.

S’il est plus rentable pour les ménages de commencer par isoler la toiture de leur habitation, elles peuvent dans un second temps isoler les murs par l’intérieur (ITI) ou l’extérieur (ITE), le sol ainsi que les portes et fenêtres. Si cette opération est relativement coûteuse, c’est celle qui garantit de meilleurs résultats sur le long terme.

Installer une ventilation mécanique contrôlée (VMC)

Certes, l’isolation permet de maintenir un bon niveau de température dans une habitation. Cependant, sans une bonne aération, les pièces auront tendance à être surchauffées en été et glaciales en hiver. Dans ces conditions, l’usage du chauffage ou de la climatisation apparaît indispensable, sauf que cela ne permet pas vraiment d’économiser de l’énergie. Ainsi, à l’occasion des travaux de rénovation énergétique, il est fortement conseillé aux ménages d’investir dans un bon système de ventilation. Le choix d’une ventilation mécanique contrôlée (VMC) apparaît plus judicieux.

Ce système de ventilation est adapté à toutes les configurations d’appartements ou de maisons. Il reste à faire un choix entre la VMC simple flux et la VMC double flux. En effet, leur fonctionnement n’est pas tout à fait similaire. Il y a des points de différence à connaître absolument.

La VMC simple flux a pour unique fonction de renouveler l’air vicié de la maison grâce à un ventilateur qui extrait l’air intérieur et qui l’expulse vers l’extérieur. Elle peut être soit autoréglable soit hygroréglable. Dans le cas d’un système autorégulé, le débit d’air reste stable et ne prend pas en compte le niveau d’humidité. Avec une VMC simple flux doté d’une fonctionnalité hygroréglable en revanche, le débit d’air est ajusté en fonction du niveau d’humidité ambiante. Cela permet aux ménages de réaliser d’importantes économies d’énergie.

La VMC double flux a quant à elle une double mission :

  • le renouvellement de l’air ;
  • la récupération de chaleur.

Ainsi, à l’inverse du fonctionnement d’un simple flux, un échangeur thermique croise le flux d’air froid et le flux d’air chaud sans les mélanger. Les calories contenues dans l’air chaud sont ensuite transférées dans l’air froid, ce qui permet de renouveler l’air entrant tout en chauffant le logement. Certains modèles sont également équipés d’un système de filtration qui améliore la qualité de l’air intérieur. Il faut noter par ailleurs que les travaux d’installation d’une VMC double flux sont éligibles au dispositif des CEE (certificats d’économie d’énergie) et donnent droit à l’aide MaPrimeRénov’ pour les foyers aux revenus modestes.

Renouveler le système de chauffage

En complément aux travaux d’isolation de la toiture, des murs, des planchers bas, des portes et fenêtres et à l’installation d’une VMC, les ménages peuvent renouveler leur système de chauffage pour améliorer la performance énergétique de leur habitation. C’est d’autant plus nécessaire parce que, selon l’ADEME, le chauffage est le poste le plus énergivore du logement avec 62 % des dépenses d’énergie. Les pertes peuvent être plus importantes si le système de chauffage est vieillissant et/ou mal entretenu.

Pour les ménages, le poste de chauffage représente donc un chantier prioritaire dans le cadre d’un projet de rénovation énergétique. Cependant, le choix du chauffage est déterminant quant à la valeur réelle de l’économie réalisée. La technologie a beaucoup évolué si bien qu’il est possible aujourd’hui d’atteindre un rendement proche de 100 % avec des équipements de nouvelle génération.

Chaudières à haut rendement

Les chaudières classiques ne sont plus vraiment d’actualité. Les spécialistes recommandent de les remplacer par des modèles peu énergivores et à haut rendement, à savoir :

  • la chaudière à basse température : alimenté au gaz ou au fioul, cet appareil assure en moyenne des économies d’énergie entre 12 et 15 %, jusqu’à 20 % pour les plus performants, par rapport à un modèle classique ;
  • la chaudière à condensation : ce type de chaudière fonctionne également au fioul ou au gaz et permet de réaliser 35 % d’économie par rapport au modèle classique ;
  • la chaudière à granulés de bois : c’est un équipement très performant, sans doute le plus efficace en termes d’économie d’énergie. Il permet en effet aux ménages d’économiser plus de 50 % sur leur facture de chauffage.

Il faut savoir que, depuis le 1er juillet 2022, il est interdit en France d’installer une chaudière au fioul. L’État incite les ménages à utiliser des systèmes de chauffage écologiques. Pour résumer, en fonction de la technologie de la chaudière et de la nature du combustible, le rendement ne sera pas le même. Le choix des utilisateurs devra donc intégrer cette variation de performances.

Pompes à chaleur (PAC)

L’installation d’une PAC fait partie des solutions efficaces pour économiser durablement de l’énergie et réduire ainsi sa facture de chauffage à court, moyen et long terme. Cet équipement de chauffage est écologique et économique, car le combustible, d’origine naturelle, se renouvelle sans cesse. Il est également bien plus performant qu’un système de chauffage traditionnel. Effectivement, l’économie d’énergie constatée est de l’ordre de 66 à 75 % selon le modèle utilisé. Il existe en effet plusieurs modèles de PAC sur le marché. Aérothermiques, géothermiques ou encore hydrothermiques, le choix est large et les performances variables.

Un projet de rénovation énergétique implique la réalisation d’autres travaux. Il est conseillé aux ménages de réduire les ponts thermiques en remplaçant par exemple les ouvertures, notamment les fenêtres et portes-fenêtres, d’installer des systèmes de régulation (vannes thermostatiques, sondes extérieures, etc.) et domotique (thermostat connecté) et de s’équiper de chauffe-eau solaire thermique ou encore d’un modèle thermodynamique pour maîtriser leur production d’eau chaude sanitaire (ECS).


par synerciel

Publié le 22 novembre 2022 —
Mis à jour le 24 novembre 2022


TAGS :  Rénovation énergétique

Partager 
l’article :

Articles similaires

Trouver un artisan
Rejoindre le réseau